Seul un tiers des dirigeants et des représentants du personnel déclare bien connaître le contenu des ordonnances Macron

Évaluation du niveau de connaissance des ordonnances travail et perception de leur déploiement (Sondage CSA commandé par France Stratégie)

En juin 2018, France Stratégie a publié les résultats d’un sondage réalisé par le CSA pour le compte du comité d’évaluation des ordonnances, auprès de dirigeants et représentants du personnel. L’objectif de ce sondage était d’apprécier dans quelle mesures les personnes interrogées connaissaient ou maîtrisaient le contenu des ordonnances du 22 septembre 2017. Les résultats mis en ligne sur le site de France Stratégie révèlent plusieurs informations intéressantes.

  • Seul un tiers des dirigeants et des représentants du personnel déclare bien connaître le contenu des ordonnances (la proportion étant plus importante dans les grandes entreprises). Les autres déclarent ne pas « voir précisément de quoi il s’agit » ou ne pas du tout connaître (page 6).
  • En juin 2018, moins du tiers des représentants du personnel avait discuté avec leur direction à propos du fonctionnement du CSE (page 20).
  • Dans les entreprises de 20 et plus, 50% des représentants du personnel considèrent que les ordonnances seront l’occasion de discuter du fonctionnement du dialogue social (page 16). En parallèle, 50% des représentants du personnel des entreprises de 300 salariés et plus et 1/3 des entreprises de 100 à 299 salariés estiment que les ordonnances auront un impact négatif (page 14).
  • À l’inverse, près de 80% des dirigeants interrogés estiment que les ordonnances ne changeront pas les pratiques ou ne sont pas une opportunité pour développer le dialogue social (page 15). Ainsi, seul 1/3 des dirigeants envisagent le recours plus fréquent à la négociation d’accords collectifs (page 24).
  • Dans les petites entreprises, parmi les dirigeants qui envisagent d’engager des négociations, seuls 30% prévoient de le faire avec des délégués syndicaux (page 28). Les autres prévoient de le faire avec des salariés mandatés ou des représentants du personnel (membres du CSE ou anciennes IRP).

En outre, quels que soient leurs interlocuteurs, les dirigeants pensent que seule la moitié est suffisamment formée pour mener des négociations.

Pour lire l’intégralité des résultats (34 pages), cliquez sur le lien suivant : « Évaluation du niveau de connaissance des ordonnances travail et perception de leur déploiement »

Laisser un commentaire

*