Que faire en cas de harcèlement au travail ?

Si vous êtes victime de harcèlement dans votre entreprise ou connaissez une personne victime de harcèlement, il existe plusieurs actions que vous pouvez entreprendre sur le plan juridique et surtout sur le plan personnel.

 1. Tout conserver.

Le premier réflexe est d’effacer le message intimidant reçu, de jeter le mot insultant, de tout supprimer. Mais il ne faut pas. Il faut conserver les messages, mails, tweets, sms, etc. N’hésitez pas à mettre par écrit, sur un support accessible par vous seul, tout ce qui se passe. Si le harceleur choisit les attaques verbales ou des gestes, sans témoin, un compte-rendu précis et cohérent est un vrai plus en cas de contentieux. En matière de harcèlement en droit du travail, la charge de la preuve est partagée. Ce qui veut dire que la victime n’a pas à prouver le harcèlement, mais seulement « des éléments de fait laissant supposer l’existence d’un harcèlement ».

 2. Se renseigner dans l’entreprise pour savoir si…

d’autres personnes ont déjà subi le même traitement, si elles ont engagé une procédure, démissionner, etc. S’agit-il d’une action isolée ou d’un comportement répétitif ? La Direction a-t-elle été informée ? Est-elle déjà intervenue ?

 3. Se renseigner sur ses droits et ses moyens d’action …

auprès d’un avocat, du service juridique d’un syndicat, de l’inspection du travail ou d’une consultation juridique gratuite. Cela ne vous engage à rien. À ce stade, il n’est pas question de saisir le juge mais de connaître vos droits, les moyens de vous protéger et de faire cesser le harcèlement et surtout les délais de prescription.

4. Se renseigner sur les procédures existantes dans l’entreprise et les process officieux…

auprès des RH, de managers, de collègues, du délégué syndical ou des représentants du personnel. De plus en plus d’entreprises disposent de charte ou d’accord collectif de lutte contre le harcèlement et de procédure pour enquêter et protéger les victimes de harcèlement.

 5. Se préserver.

Ne pas rester seul(e). En parler autour de soi, à son entourage, à un collègue ou d’anciens collègues, au médecin du travail, à un psychologue du travail. Vous serez surpris(e) de voir le nombre de personnes qui sont ou ont été dans la même situation ou connaissent quelqu’un qui a subi le même traitement. Le harcèlement est beaucoup plus répandu qu’on pourrait le croire et peut toucher n’importe qui. Prenez de la distance. Ne vous remettez pas en cause en pensant que vous le méritez ou que c’est de votre faute si cela vous arrive à vous et pas aux autres. Si vous avez tout conserver, abstenez-vous de relire et relire les messages insultants. Archivez-les et ne vous en préoccupez plus. Lisez par contre les témoignages et études d’experts sur internet ou dans les ouvrages spécialisés. Vous reconnaîtrez rapidement le mode d’action du harceleur et peut-être même trouverez-vous des conseils vous aidant à résister.

 6. Décider, très rapidement, si …

vous souhaitez engager une procédure officielle pour vous plaindre des agissements du harceleur, ou si vous préférez simplement demander une mutation, un changement de poste ou de manager. Il arrivera un moment où il vous faudra décider à agir pour sortir de cette situation toxique. Le plus tôt sera le mieux. Éventuellement, si vous le souhaitez, confrontez le harceleur. Au besoin, faites-vous accompagner. Dans certaines situations, cela peut aider.

 7. Quand vous serez sorti(e) de cette situation,

parce que cela arrivera même si vous en doutez pour le moment, prenez du temps pour vous, pour faire le bilan, pour faire le « deuil » de cette situation douloureuse. Reconnaissez que vous avez été victime de harcèlement. Il faut vous débarrasser de tous les stigmates pour ne pas les emportez avec vous dans la suite de votre vie professionnelle et personnelle.

Laisser un commentaire

*

%d blogueurs aiment cette page :